Qui investit dans l’immobilier locatif privé et pourquoi ?

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Un logement sur 5 en France est la propriété d’un bailleur privé. Qui sont-ils, ceux qui investissent dans l’immobilier locatif en France ? Une étude de l’Anil publiée cet été revient sur les données de 2013.

Les investisseurs

image11.2Ils sont à 34 % dans la tranche d’âge de 40 à 50 ans, et 35 % a plus de 50 ans. Ils sont à 59 % mariés, et leur revenu annuel médian s’établit à 69 000 €, un montant en augmentation de plus de 8 % depuis 2010.

Leur investissement

Les investisseurs privilégient les appartements à 92 %. Ce logement est en moyenne un deux pièces d’une surface de 45 m². Son coût médian est de 146 000 €.

Majoritaires (47 %), les investissements situés entre 100 000 et 200 000 € ont cependant vu au cours des 6 dernières années leur part baisser au profit d’une part de ceux de plus de 200 000 et d’autre part de ceux de moins de 100 000 e.

64 % des achats financés par le Crédit Foncier sont effectués sans apport personnel (contre 58 % en 2010).

Où est situé le logement acheté ?

Cinq régions réunissent 79 % des investissements,  l’Île-de-France, et le Sud : Occitanie, Paca, Auvergne Rhône Alpes, Nouvelle-Aquitaine.

L’Île-de-France se distingue des autres régions : l’âge moyen de l’investisseur, ses revenus, le prix du logement acheté et le montant financé sont supérieurs à la moyenne nationale.

L’investissement dans le neuf se fait majoritairement dans une région différente que celle de l’acheteur ; dans l’ancien, il est au contraire proche du logement de l’investisseur.

L’immobilier, premier choix d’investissement

Ce choix est celui de 65 % des personnes interrogées, qui veulent se constituer un patrimoine (à 47 %), payer moins d’impôts (50 %), disposer d’un revenu complémentaire à la retraite (46 %).

L’investissement dans le neuf est plus considéré comme un placement purement financier que dans l’ancien ; 54 % de ceux qui investissent dans le neuf envisagent de revendre, contre 30 % dans l’ancien.

Un premier investissement satisfaisant

A 80 % les investisseurs sont contents de leur achat. Toutefois 40 % seulement des primo investisseurs souhaitent renouveler l’opération, pendant que 60 % des investisseurs confirmés souhaitent continuer dans cette voie. La crainte d’un endettement excessif étant le principal frein à un nouvel investissement, suivi par la fiscalité.