Les promoteurs appellent le gouvernement à l’action pour redresser le secteur

Actus
Construction site with cranesAlors que les mises en vente de logements neufs chutent de 17,4 % sur un an au 3ème trimestre, les promoteurs immobiliers se désolent de la lenteur de l’adoption du plan de relance du logement et appellent le gouvernement à agir.

Une priorité : faire revenir la confiance des acquéreurs

La Fédération des Promoteurs immobiliers présentait jeudi matin les chiffres du logement neuf pour le 3ème trimestre 2014. Son président François Payelle est formel, « jamais la production de notre pays rapportée à sa population n’aura été aussi faible, alors que les besoins restent considérables ». Au moment où les ventes et mises en vente de logement neuf ne cessent de baisser, le gouvernement doit selon lui hâter la mise en œuvre des mesures annoncées fin août avec le plan de relance du logement, seul moyen de faire revenir la confiance auprès des acquéreurs.

Des chiffres en baisse sur tous les segments

Les ventes reculent de 8,1 % sur un an soit 15 2361 ventes à fin septembre contre 16 607 un an avant. Au total pour 2014, les promoteurs tablent sur un volume de 71 à 72 000 ventes. Les mises en vente essuient un revers encore plus sérieux à – 17,4 % (16 225 mises en vente au 3èmetrimestre, contre 19 644 un an auparavant), en baisse constante depuis 2012. Cette baisse traduit l’adaptation des promoteurs à une demande défaillante. Dans l’attente de la mise en œuvre effective du dispositif Pinel (au programme du PLF pour 2015), les investisseurs sont attentistes : les ventes à cette catégorie sont ainsi en très légère baisse (-1 % sur un an). Plus alarmant, les ventes aux particuliers qui achètent pour se loger sont en net recul (-13 % par rapport au 3ème trimestre 2013) alors qu’elles s’étaient maintenues en 2013, et ce en dépit des taux de crédit au plus bas. Elles ne représentent plus que 55 % des ventes, contre 45 % pour les investisseurs. La FPI dénonce les retards dans l’application des mesures de relance, alors même que l’annonce du plan de relance avait suscité de fortes attentes.

À lire également