Rénovation, logement connecté, les travaux qui améliorent le quotidien décryptés

Actus

Rénover son logement et l’équiper d’objets connectés : autant d’actions entreprises dans le but d’apporter un confort en plus aux habitants en faisant des économies. Mais est-ce toujours le cas, et quels bénéfices en retire-ton vraiment ? Le baromètre Qualitel-Ipsos s’est penché sur la question.

La rénovation, utile à condition de mettre le paquet

L’enquête a mis en évidence les points qui pêchent le plus dans les logements anciens (construits entre 1900 et 1980) : le confort thermique, l’isolation acoustique, la consommation énergétique, la qualité des matériaux de construction et la ventilation du logement.

Pour que la rénovation d’un logement ancien soit réussie et que les occupants ressentent une réelle amélioration, il faut que plusieurs de ces problèmes soient traités en même temps. Sinon le bénéfice est dérisoire au regard de l’investissement demandé. En revanche une fois ces travaux multiples (au moins 5 travaux) effectués, les occupants sont à 70 % satisfaits des dépenses annuelles liées à leur logement (contre 57 % des habitants de logements non rénovés).

Des logements connectés au minimum

Sans surprise, les logements récents sont les plus connectés, avec 30 % des logements de moins de 5 ans connectés.

Les Français sont globalement informés (ils ont déjà entendu parler d’équipements connectés à 93 %, et sont 68 % à voir de quoi il s’agit). Mais dans les faits, seulement 3 logements sur 10 sont équipés. Les équipements les plus fréquents sont les alarmes (21 %), la vidéosurveillance (15 %) le contrôle du chauffage (12 %) et des équipements électriques (11 %) à distance, les dispositifs de sécurité pour les personnes âgées (8 %).  

L’étude montre que les Français ont une utilisation raisonnée des équipements connectés. Les plus courants ont trait à la sécurité du logement et à la possibilité de faire des économies. Ainsi l’équipement qui donne le plus satisfaction à ses utilisateurs est l’alerte lors de l’inactivité d’une personne âgée ou handicapée. Les personnes qui utilisent ce service sont 60 % à estimer leur logement adapté aux personnes âgées, contre 42 % pour ceux qui ne l’utilisent pas. Le deuxième équipement globalement satisfaisant est le pilotage du chauffage à distance : 80 % des utilisateurs de ce service sont satisfaits du confort thermique du logement, contre 74 % de ceux qui ne possèdent pas l’équipement.

Certains équipements tendance dont on parle beaucoup ne sont pas considérés comme très utiles en comparaison de leur coût (réfrigérateur connecté, assistant personnel, parking intelligent, serrure numérique…). De fait, les répondants ne se déclarent pas prêts à investir dans ces services. Et ce n’est pas une question de générations puisque les jeunes ne ressentent pas plus de manque technologique dans leur quotidien que leurs aînés.

La connexion massive d’équipements dans la maison est freinée par deux craintes largement partagées. D’abord la crainte d’être piraté ou de voir ses données personnelles exploitées est partagée par 75 % des personnes interrogées. Ensuite la peur des effets des ondes wifi sur la santé est partagée par 54 % des sondés.

Enquête réalisée auprès de 3382 personnes.

À lire également