2018, nouvelle année record pour l'immobilier

Actus

Boosté par la faiblesse des taux de crédit, le marché immobilier continue sur sa lancée de 2017 et réalise à nouveau de belles performances en 2018, selon les chiffres du réseau d’agences immobilières Century 21.

213 705 € : le prix moyen d’une acquisition immobilière

Les prix augmentent partout sauf dans 3 régions : les Hauts-de-France (-1,9 %), le Centre-Val-de-Loire (-1,5 %) et la Bretagne (-0,5 %). Ailleurs les hausses s'échelonnent entre + 0,4 % (Pays-de-la-Loire et Normandie) et + 7,5 % Nouvelle-Aquitaine.

Le prix moyen au m2 en France s'établit à 2 595 € en hausse de 1,7 % par rapport à 2017. Plus précisément, ce prix moyen est de 2 085 € pour les maisons, et de 3 530 € pour les appartements

Le prix moyen d’une acquisition est de 213 705 € (+ 2,4 % comparé à 2017). Il se décompose entre 229 489 € pour les maisons (en hausse de 3 % sur 12 mois) et 204 695 € pour les appartements (en hausse de 1,1 % sur 12 mois).

Pour ces tarifs, on obtient en moyenne une maison de 113,5 m2 et un appartement de 58,1 m2. C’est une première depuis 2011, la surface moyenne achetée est ainsi en baisse comparé à 2017 où elle s’établissait à 114,7 m2 pour les maisons et 58,4 m2 pour les appartements.

La marge de négociation entre le prix affiché à la mise en vente et le compromis est en légère augmentation à 4,7 % (contre 4,3 en 2017). Cet écart de prix est plus important pour les maisons (5,3 %) que pour les appartements (3,7 %).

Source : Century 21

Paris et Île-de-France

À Paris le prix moyen au m2 s’achemine vers des records, à 9452 €/m2. C’est une hausse de 4,1 % sur 1 an. Les ventes s’établissent à 461 118 € en moyenne pour une surface de 49,5 m2.

En Île-de-France, le prix moyen est plus raisonnable, à 3 303 € réparti entre 3 015 € pour les maisons (+ 4,2 % comparé à 2017) et 3 713 € (+ 2,5 % comparé à 2017). Côté surface, les maisons font en moyenne 109 m2 et les appartements 58 m2.

L’investissement locatif a le vent en poupe

68,9 % des achats immobiliers sont dévolus à la résidence principale (en baisse de 4,7 %). Les résidences secondaires restent très marginales, et représentent 6,4 % des ventes immobilières en 2018 (en baisse de 5,9 %). Si les résidences principales et secondaires baissent, c’est que l’investissement locatif augmente : + 24,7 %, il représente en 2018 21,7 % des acquisitions.

La durée d’endettement s’allonge

Les acquéreurs continuent de profiter à plein des taux bas. Les crédits qui financent ces acquisitions s’étalent en moyenne sur 20,5 années (contre 20,3 en 2017), et représentent 78,4 % du montant total.

À lire également